Contactez-nous...

01 47 60 00 98 • info@le-temps-de-vivre.info

Inscrivez-vous à la newsletter ...

Accueil

C’est le printemps

Edito

Les chinois l’ont fêté il y a quelques semaines et nous sommes même entrés dans l’année du chien. Ça veut dire que les hirondelles sont déjà arrivées en Chine. Ils font tout plus vite en Chine. Ils sont meilleurs en tout les chinois, même en printemps. Bientôt, les jours vont s’allonger, nous on va s’alléger, se remettre la peau à nu, histoire de prendre du soleil, pour fleurir de toutes les couleurs. Des femmes et des hommes couverts de pétales. Les abeilles vont nous butiner, vont nous « polliniser ». En Chine, faute d’abeilles, il y a des femmes ouvrières pollinisatrices dans les vergers d’amandiers, ils sont en avance les Chinois.

Hier, j’ai entendu qu’une famille nigériane a été secourue par des bénévoles de l’association Tous Migrants, dans la montagne au dessus de Montgenèvre. La maman était enceinte de 8 mois, le père portait les deux autres enfants. La voiture qui les emmenait à l’hôpital de Briançon a été arrêtée par un barrage de police. Dans un premier temps, la police n’a pas voulu les laisser passer, car, soi-disant, on ne pouvait pas dire que c’était une situation d’urgence. Le gars de Tous Migrants est un ancien secouriste. Ils ont appelé les pompiers, bref ça a duré des plombes.
A la fin, ils ont séparé la famille, la mère a été hospitalisée, et les gars de Tous Migrants ont été interrogés au commissariat.
Comme les migrants passent par le moindre trou de grillage et qu’une montagne enneigée ne leur fait pas peur, il paraît que Gérard Colomb va faire construire une muraille par Bouygues tout autour de la France. Comment ça, c’est impossible ! Les chinois on construit la Grande Muraille, il y a plus de deux mille ans.

On raconte que, sous la dynastie de Qin, Liang Fanqi, un ouvrier de la Grande Muraille, se sauva. Il entra dans un jardin où il rencontra Meng Jiangnü. Ils tombèrent amoureux l’un de l’autre et se marièrent. On retrouva Liang Fanqi et on le renvoya sur le chantier. L’hiver arriva, Meng Jiangnü confectionna des vêtements chauds et partit le rejoindre. Mais arrivée sur le chantier, elle apprit qu’il était mort.
Lorsqu’elle s’arrêta de pleurer, on raconte que la muraille, émue, s’était effondrée sur quatre cent kilomètres.
Bon la suite est triste, mais ce que je retiens c’est qu’un mur de pierre est plus sensible que ceux qui nous gouvernent…

Le Temps de Vivre – mars 2018

Chahuts
La fabrique des utopies + Ma mère l’Algérie + Baba la France
Du 13 au 15 juin à Bordeaux
Site du festival

Rumeurs Urbaines
Festival du conte et des arts du récit
19e édition du 1er au 27 octobre 2018
www.rumeursurbaines.org