Contactez-nous...

01 47 60 00 98 • info@le-temps-de-vivre.info

Inscrivez-vous à la newsletter ...

Accueil

Edito JANVIER-FÉVRIER 2021

Le vivant pour rêver demain

Je vous promets de ne plus jouer les oiseaux de mauvais augure, je ne veux plus endosser le rôle de Cassandre ! Je vous avais souhaité l’année dernière à cette même date une bonne année 2021 pour oublier cette terrible et cauchemardesque année 2020 que nous aurions vécu.

Mes prédictions étaient en deçà de la réalité. Mais bon, je me dis avec un recul relatif (2020 vient juste de se terminer) que je n’étais pas si loin que cela. Parmi les astrologues, je dois être l’un des rares à avoir osé vous prédire que l’année 2020 serait cauchemardesque.

Nous avons, pour la plupart, traversé cette année 2020 en observateurs passifs, obligés, abasourdis par la pandémie et les injonctions guerrières qui nous invitaient à nous battre contre l’ennemi invisible tout en nous terrant chez nous comme des lombrics (mes excuses aux lombrics), contraint de renoncer à notre liberté de circuler, de créer, de vivre ou de mourir.

Ce début d’année 2021 ressemble encore à 2020 : nous guettons les déclarations, les allocutions, les décisions, la valse des hésitations. Nous gravitons dans le même espace cauchemardesque.

Je me demande parfois si nous sommes vraiment entrés en 2021 ? Et si nous étions encore confinés en 2020 ? Et si personne n’avait osé nous le dire, la faute à ces médias complices qui diffusent de fausses informations à longueur de journée ? Ils nous divertissent avec des images truquées de hordes de trumpistes habillés en bison, défonçant les portes Capitole, même dans les films ce n’est pas possible d’envahir le Capitole ! Ils nous font croire que Tweeter a privé Trump de son compte, comme si Google allait vraiment faire cela, alors que le milliardaire a dit des mensonges et déversé des incitations à la haine pendant quatre ans, en toute impunité.

Et nous faire avaler que Salvini se retrouve sur les bancs de la justice italienne, comme un vulgaire mafioso, risquant 10 ans de prison pour avoir empêché un bateau de migrants d’entrer dans un port italien, c’est une comédie italienne !

Et la mort de Giscard vous y croyez vraiment ? Il est à l’Académie française, c’est un immortel.

Regardez par vos fenêtres, vous verrez bien que rien n’a changé, vos voisins sont les mêmes et ils sont tous les soirs chez eux.

Alors, bien entendu, nous allons nous réveiller de ce vilain cauchemar. Et tout sera différent. Plus rien ne sera comme avant. Un monde de demain tout propre, un nouvel ordre mondial va advenir sans révolution, sans remettre en cause ce capitalisme débridé qui court à notre perte.

A moins qu’avec un peu d’imagination, on nous annonce que la Présidente de la République va prendre la parole ce soir, oui Madame Fatima Martin, notre nouvelle présidente (Emmanuel Macron s’est retiré pour toujours à Versailles), va rugir sur les ondes de France Culture Essentielle, depuis la cabane dans les arbres, sur l’île de la Réunion, où siège maintenant le gouvernement de la France sauvage.

On nous demande de l’imagination ? Voilà un beau programme : lâchons les fauves en nous et revenons où nous aurions dû rester, avec les autres animaux, parmi les plantes. Revenir au cœur du vivant. La révolution du vivant. Il faut réinventer le monde, il paraît. Il va nous falloir une bonne dose d’imagination. De l’humour surtout, et un zeste d’absurde.

Ou alors du courage simplement. Savoir dire « non », dire « cela suffit ». Alors, peut-être qu’une cabane dans la forêt ou dans le creux d’un séquoia géant, comme dans le roman de Jean Hegland, sera plus qu’un refuge, plus qu’une crèche et que des millions de ZAD urbaines, sauvages, maritimes verront l’avènement d’une nouvelle culture.

Revenir à l’essentiel (pas selon les critères du gouvernement), nous dépouiller du superflu, du trop, par petits gestes, déjà dans nos têtes, puis par grandes réformes systémiques, appeler à la révolution du vivant pour rêver demain.

 

Rachid Akbal

 

Les Contrées sauvages
Création 2021

Lundi 1er mars à 14h30 et mardi 2 mars à 20h30 à l’Avant Seine / Théâtre de Colombes (92)

Vendredi 5 mars à 14h et 20h45 et samedi 6 mars à 20h45 au Studio-théâtre de Stains (93)

En savoir plus

 

Cent culottes et sans papiers
Création 2019

28 et 29 janvier avec l’Agora-Desnos, scène nationale de l’Essonne dans les établissements scolaires du territoire (à préciser) dans le cadre de Près de chez vous (91)

En savoir plus