Contactez-nous...

01 47 60 00 98 • info@le-temps-de-vivre.info

Inscrivez-vous à la newsletter ...

Accueil

Edito

Nous sommes en colère…

Je suis allé marcher dans le Quercy. Pour moi, ses forêts et ses prés se sont parés de leurs plus belles couleurs. Par chance, il n’y avait pas trop de monde sur les chemins (je ne suis pas partageur quand je randonne), mais il y en avait au marché de Figeac pour partager les vibrations joyeuses de l’automne. J’ai vu un ciel s’embraser de rouge aux premiers feux du soleil. J’ai cueilli les baies rouges du fusain. J’ai bêlé avec les agneaux. J’ai ramassé et cassé des noix. Qu’y-a-t-il à l’intérieur d’une noix quand elle est fermée ? On y voit des écoliers qui dévorent leurs tabliers, des abbés en bicyclette…

Avant le Quercy, je menais un atelier d’écriture avec un groupe de détenus. La consigne d’écriture était pourquoi sommes-nous en colère ? Comment faire de cette colère une force ?
Ils ont écrit des textes courts où ils ont essayé de traduire leur colère, ils ont choisi pour la majorité de ne pas parler de la prison triste de Nanterre, même s’ils ont maintenant un jardin avec des fleurs et des légumes, bien au contraire, ils s’en sont évadés. Ils ont parlé surtout de l’injustice avec un grand I, qu’on leur a fait, mais aussi de celle faite aux autres, de celle qui provoque un cri. Et pour calmer leur colère, ils ont presque tous parlé de la nature. L’un d’entre eux a été berger dans les Aurès et le chant des oiseaux l’accompagne toujours, même dans sa cellule grillagée.

Régine Abadia a réalisé un magnifique film documentaire Entre Deux Sexes. Dès les premières images on plonge dans le souvenir d’un intersexe, au moment précis de son enfance où il comprend qu’il est différent et surtout qu’on est en train de lui cacher sa vérité, qu’on va commencer à lui mentir pour longtemps, qu’il va être l’objet d’une trahison et d’une manipulation médicale. Ce même jour, il perd sa tortue, et il dit face caméra : « j’avais une tortue, et ce jour-là, ma tortue s’est sauvée et elle s’est perdue. J’ai piqué une colère mais j’ai jamais su si cette colère était dûe à la perte de ma tortue ou si c’était parce que j’avais tout compris ». Ce passage est d’une brutalité magnifique. Cette colère devient une force vitale, un élan. Tout le film nous porte à la colère, à la révolte et il donne envie d’aimer la vie et les autres.

Je reviens de Bordeaux où je suis allé raconter à la résidence Mechti avec le Festival Chahuts pour une deuxième restitution après la résidence du printemps dernier, celle avec des anciens combattants marocains qui sont allés faire la guerre en Indochine pour la France, ce grand pays qui les a oubliés pendant plus de 50 ans, les a spoliés de leur jeunesse et leur a volé l’argent qu’ils avaient gagné.
A la fin de la restitution un de ces anciens, de plus de 80 ans, a poussé un cri de joie : il avait enfin entendu des mots posés sur ces années perdues. Dans un cri de colère, il a ensuite demandé pourquoi les responsables n’étaient pas là.

Et vous quelle est votre colère ? Il y a motif à beaucoup de colère en ce moment, non ? Parlez-moi de celle qui vous donne la force d’affronter, non pas les ailes d’un moulin, mais les tempêtes, celle qui vous donne des ailes pour vous envoler dans l’éclat des feux du soleil.
Vous pouvez nous écrire comme beaucoup le font déjà, cela donnera du grain à moudre à ma prochaine résidence en avril avec des lycéens d’Evry sur ce même thème.

Et comme dit la chanson :
« qu’y-a-t-il à l’intérieur d’une noix quand elle est ouverte ?
Quand elle est ouverte
On n’a pas le temps d’y voir
On la croque et puis bonsoir, les découvertes. »

Le Temps de Vivre – novembre 2018

Baba la France
Archéologie d’un spectacle
Vendredi 30 novembre à 20h
Centre social Germaine Tillon
Rue Rudolf Noureev, 24100 Bergerac
Renseignements au 05 53 57 92 78
Lire plus

Métamorphoses
Samedi 17 novembre à 15h30
Médiathèque de la Marine
155 boulevard Charles de Gaulle, 92700 Colombes
Entrée libre sur réservation au 01 47 60 06 40
Lire plus